Skip to content

Quand les élèves payent le prix de la mauvaise gouvernance

par Barbara Trachte le 14 juin 2016

La semaine dernière, les médias se faisaient l’écho du fait que la Commune de Saint Josse était contrainte de rembourser à la Fédération Wallonie-Bruxelles des moyens (210 000 euros!) qui lui avaient été octroyés pour l’encadrement différencié et qu’elle n’avait pas utilisés à cette fin. L’encadrement différencié, c’est cette politique tellement importante dans la lutte contre les inégalités scolaires et sociales, qui vise à donner plus de moyens aux écoles qui accueillent les élèves les plus défavorisés. Pour donner plus de chances à ces élèves.

Saint Josse étant la commune la plus pauvre de notre pays, on peut aisément imaginer à quel point ces moyens sont précieux pour l’avenir des enfants et à quel point il est important de soutenir les écoles communales. On a donc peine à croire à cette information.

J’ai donc interrogé cet après-midi la Ministre de l’Education pour en avoir le coeur net. Et elle n’a pu que confirmer et compléter ce que la presse relayait :

  • Un rapport établi par l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles en décembre 2015 indique que des dépenses sur les crédits supplémentaires octroyés dans le cadre de l’encadrement différencié n’ont pu être justifiées par des documents, et ce, depuis 2010-2011. Ces montants établis en présence d’un fonctionnaire en charge de l’enseignement à la Commune de St-Josse, concernent 5 années scolaires consécutives (depuis 2010-11 à 2014-2015) ! ;
  •  l’école réclamait même une intervention financière aux parents pour des activités organisées dans le cadre de l’encadrement différencié ! ;
  •  c’est le seul pouvoir organisateur qui a jamais fait l’objet de demande de remboursement dans le cadre de l’encadrement différencié (soit depuis 2009).

A Saint Josse, la mauvaise gouvernance a un prix, et ce sont les enfants qui le payent.

Pas encore de commentaires

Répondre

Note: Le XHTML est autorisé. Votre adresse e-mail ne sera jamais publiée.

S'abonner à ces commentaires via RSS